La styliste Elize Eveleens

« Collectionner est devenu très tendance. Et les orchidées permettent de constituer une superbe collection. Les uns collectionnent les montres, mais pourquoi pas des orchidées.

Grandes et petites, de diverses formes et couleurs : les possibilités sont illimitées. Plutôt que d'aligner trois exemplaires identiques, mieux vaut en présenter cinq complètement différents. Je n'ai pas fait ce parallèle avec les montres par hasard. Les orchidées donnent elles aussi une sensation de luxe et de richesse. Et une orchidée est à mes yeux toujours splendide, qu'il s'agisse d'une variété très onéreuse ou bon marché.

J'ai grandi au milieu des fleurs et des plantes et, après avoir suivi une formation de maître arrangeur, j'ai opté pour les beaux-arts. On vous y apprend à voir le monde dans une autre perspective. J'exploite cette façon de voir les choses pour montrer aux autres tous les atouts et les charmes des fleurs et des plantes. Telle est la mission que je me suis fixée depuis déjà trente ans : donner la meilleure image possible des fleurs et des plantes.
C'est dans ce but que j'ai entre autres assuré dans de nombreux pays la formation de fleuristes et organisé des expositions. Ces dernières années sont surtout consacrées à la photographie pour des campagnes internationales et je réalise également beaucoup de films et de vidéos. 

Lors de sessions de photographie, la bonne composition nécessite parfois d'ajuster quelque peu une fleur ou plante. Retirer une feuille à une orchidée est encore dans les limites de l'acceptable, mais en retirer une fleur est pour moi un sacrilège. Car je sais tout le mal que la plante s'est donnée pour produire cette fleur. Pour un cyclamen, cela ne revêt aucune importance, car les fleurs sont tellement nombreuses. Mais pour l'orchidée, chaque fleur est l'œuvre d'une vie et mérite donc le plus grand respect.

Tel est du moins mon point de vue. Un point de vue que tout le monde ne partage pas. Cela me rappelle une mission conduite en Islande. Alors que la température était certainement inférieure à moins vingt degrés, les fleurs et plantes étaient transportées dans la rue sans aucune protection. L'emballage ne comptait pas, il s'agissait surtout de bien montrer ce que l'on apportait ! »


Elize Eveleens
Styliste

Copropriétaire de Klimprodukties (entre autres photographie de fleurs et plantes)
www.klimprodukties.nl